La paix ne mène pas bien loin quand elle ne nous porte pas au-delà de notre ignorance, au-delà de nos zones d’ombres. Peut-on rester longtemps installés dans des zones de confort ? Croyez-vous qu’on puisse s’épanouir en négligeant la subtile magie qui nous entoure ? Certaines chansons ont l’air de passer inaperçu comme ça, pourtant elles nous rappellent combien la reliance avec les règnes et les éléments de la nature est au cœur de notre reconnexion sacrée à la Vie. Elles nous rappellent combien l’Unité n’est pas qu’une option.

« La Terre n’est que poussière,
Tant que l’Homme ignore comment
Il peut peindre en mille couleurs l’air du vent »

pocahontas-air-du-vent

Pour toi, je suis l’ignorante sauvage
Tu me parles de ma différence, je crois sans malveillance
Mais si dans ton langage, tu emploies le mot « sauvage »
C’est que tes yeux sont remplis de nuages, de nuages…

Tu crois que la Terre t’appartient toute entière
Pour toi, ce n’est qu’un tapis de poussière
Moi je sais que la pierre, l’oiseau et les fleurs
Ont une vie, ont un esprit et un cœur

Pour toi l’étranger ne porte le nom d’Homme
Que s’il te ressemble et pense à ta façon
Mais en marchant dans ses pas, tu te questionnes
Es-tu sûr, au fond de toi, d’avoir raison ?

Comprends-tu le chant d’espoir du loup qui meurt d’amour ?
Les pleurs des chats sauvages au petit jour ?
Entends-tu chanter les esprits de la montagne ?
Peux-tu peindre en mille couleurs l’air du vent ?
Peux-tu peindre en mille couleurs l’air du vent ?

Courons dans les forêts d’or et de lumière
Partageons-nous les fruits mûrs de la vie
La terre nous offre ses trésors, ses mystères
Le bonheur, ici-bas, n’a pas de prix
Je suis fille des torrents, sœur des rivières

La loutre et le héron sont mes amis
Et nous tournons tous ensemble, au fil des jours,
Dans un cercle, une ronde à l’infini !

Là-haut, le sycomore dort,
Comme l’aigle Royal, il trône impérial.
Les créatures de la nature ont besoin d’air pur,
Et qu’importe la couleur de leur peau.
Chantons tous en chœur les chansons de la montagne,
En rêvant de pouvoir peindre l’air du vent…

Mais la Terre n’est que poussière,
Tant que l’Homme ignore comment
Il peut peindre en mille couleurs l’air du vent !

Partager sur