Comme le constate cette institutrice : « On pousse les enfants. Ils sont a peine réveilles qu’on leur dit déjà ‘Dépêche-toi, lave-toi, prends ton petit déjeuner !’. Dès qu’ils arrivent a l’école, ils sont déjà énervés. »

De plus en plus d’écoles et d’enseignants intègrent la méditation dans leurs classes et les résultats ne se font pas attendre. D’après les observations et les recherches, les enfants qui ont une pratique régulière de la méditation arrivent mieux à stabiliser leurs émotions et leur attention, ils gèrent mieux les situations difficiles et apprennent plus facilement.

En tout cas avec leurs mots, ces collégiennes apprécient :

  • « La méditation, quand je le fais bien, j’a l’impression que mes yeux regardent à l’arrière de ma tête, que c’est tout noir et que je suis plongé dans un vide absolu. Même si à l’intérieur de moi ça bouillonne un petit peu. Là je sais que je le fais bien et que ça m’apporte quelque chose après. »
  • « Si j’ai un gros problème ou si j’ai quelque chose qui m’énerve, au lieu d’y penser toute la nuit ou toute la journée à cogiter ‘mince mince mince’, et bien je prends mes 5 minutes, j’y réfléchis calmement. On se dit ‘Bon qu’est ce que je peux faire maintenant… je peux faire ça, ça, et ça tant pis je peux rien y faire’ Et finalement on se dit après « bon j’y pense plus ! »
  • « Après une minute de méditation, à s’être vraiment remis en question, à savoir ce qu’on vaut, savoir ce qu’on est et vraiment se demander ‘Qui je suis ?’… enfin ‘Qu’est-ce que je suis’ on le sait mais ‘Qui je suis réellement à l’intérieur de moi’, c’est une question que je me pose souvent en méditation ! Et après une méditation comme celle la, les critiques d’autrui elles t’atteignent plus en fait. »

Il y a aussi cette prof de collège qui a décidé de remplacer les heures de colle par des séances de méditation : une salle à disposition avec un panneau fait par les jeunes : « Méditation en cours Bonheur et bien-être en téléchargement. Ne pas déranger ! »

Voici quelques reportages et témoignages dans différentes classes.

A l’école primaire d’Iberville au Québec

Au collège Sainte-Marie en région parisienne

Au collège Charles de Gaulle dans le Nord

A l’école « La Providence »

Partager sur