Pour cet article je dois vous prévenir, on est bien loin des vibrations spirituelles et de la Lumière. C’est même le contraire car pour réaliser la vidéo que vous allez voir (si vous le souhaitez) j’ai dû côtoyer de sombres courants d’énergie, probablement ce que les machinations humaines peuvent engendrer de plus malsain.

Il s’agit du 11ème épisode d’une série de vidéos intitulée « Lumière sur la face obscure de notre société ». Les précédents épisodes traitent essentiellement de la création monétaire, des banques, du mythe de la « démocratie » et des institutions européennes (plus d’informations ici). Cette fois-ci, le sujet concerne la sexualisation précoce, les réseaux pédophiles et les pouvoirs politiques.

Je ne pensais pas retravailler sur cette série et cette vidéo est probablement la dernière. D’une part parce que je suis appelé vers des projets résolument plus lumineux, comme l’écriture d’un livre en cours, d’autre part parce que chaque épisode nécessite plusieurs semaines de travail, pendant lesquelles je peux me sentir parfois dépassé par la noirceur monde.

Alors je me suis demandé si ce n’était pas une perte de temps ? Si c’était utile ? Si cela apporterait quelque chose ? A quoi bon après tout, n’est-il pas mieux de se concentrer sur l’essentiel ? N’est-il pas trop tard ?

Pourquoi ce nouvel épisode ?

Le sujet de la perversité sexuelle me touche particulièrement. J’habite à côté d’un collège-lycée et je suis troublé par le comportement superficiel et l’hypersexualisation ambiante. En ville, entre les vitrines de magasins, les publicités, l’accoutrement et l’attitude de certaines personnes, en tant qu’homme j’ai l’impression d’être régulièrement poussé à la perversité. Tentation, séduction, exhibition, culte du plaisir… Et encore je n’ai pas la TV. Pour beaucoup d’êtres humains, l’âme pervertie est perdue, l’esprit est déjà mort, effondré sous les peurs illusoires du matérialisme et les désirs egocentrés du « moi je », « moi d’abord ».

Je travaille moi-même régulièrement avec des enfants et des ados. Je crois que j’avais besoin de réaliser cette vidéo, comme pour exorciser quelque chose. Et aussi pour celles et ceux qui, malgré leur apparent détachement, sont perdus dans le culte des sens et de la consommation des plaisirs de l’ego. Là où l’éveil de l’esprit demande pudeur et retour à soi, combien de jeunes s’exposent quotidiennement et durablement au narcissisme des réseaux sociaux et au bruit insultant des médias ?

La façon dont ces vidéos sont réalisées se veut pédagogique. Elle consiste à simplement mettre en scène de l’information, sourcée. Elles n’ont pas pour objectif de délivrer une vérité mais de porter à la réflexion pour raffermir le discernement, et aussi éveiller l’intuition de ceux qui n’ont pas encore complètement sombré.

Dans cet épisode que j’ai appelé « Sexualisation précoce et pédophilie : un choix politique ? », les informations peuvent déranger. « Des propos, des images ou des scènes peuvent heurter la sensibilité » comme ont dit.

Personnellement, étudier ce genre d’informations et décider de les diffuser a réveillé chez moi de la colère et de la peur. Ça m’a poussé à travailler sur moi.

Comment faire face à ce type d’informations ?

Ce qui doit être mis en lumière le sera tôt ou tard et il me semble vain de vouloir se prémunir émotionnellement en cherchant à fuir la folie humaine. D’une façon ou d’une autre, nous sommes tous co-responsables des dérives de l’humanité (à lire, La part d’ombre du chercheur de lumière ; à écouter, transformons ce qui nous plombe en or ; à découvrir, le Travail de Byron Katie). Par contre, il est possible de transformer ces vibrations dissonantes en devenant nous-mêmes des alchimistes qui transmutons les ténèbres en lumière.

1. J’aimerai simplement vous partager une expérience qui m’est venue un jour que je bouillonnais face à mon écran en regardant une vidéo dérangeante. Alors que je prenais conscience d’être pris dans une émotion et des pensés perturbantes, malsaines, et même violentes, je suis revenu à moi. La puissance de l’énergie disharmonieuse qui m’affecte ou de l’émotion que je ressens, je choisis alors de la retourner avec une puissance égale, sous forme d’amour et de lumière. Comme si je devenais un puissant miroir qui, au présent, transforme et renvoie ce qui est vécu sous forme d’une lumière purificatrice. Depuis le cœur, je renvoie ces rayons à l’écran et dans toutes les directions ! Cette expérience a été forte et révélatrice pour moi. Je prenais conscience qu’à chaque instant, je restais responsable de l’énergie qui me traverse et, loin de devoir l’entretenir par mon attitude ou en subir les effets, je pouvais toujours accueillir la situation, poser une intention lumineuse et opérer une transformation.

2. Une amie quant à elle, m’a partagé qu’elle n’hésite pas à faire pause en cours de lecture pour respirer, se recentrer ou faire ce qui lui semble juste et bon (comme faire brûler de la sauge autour d’elle). En soit, chacun peut faire à sa manière pour élever les vibrations à son niveau et infuser conscience et lumière à l’endroit où il y a besoin.

3. Angéline m’a partagé ce message après avoir visionné l’épisode :
« J’ai regardé le docu avec une amie. Nous avons appris beaucoup de choses, on a trouvé cela intéressant, on repart avec une plus grande connaissance et conscience de la noirceur qui se joue à un certain niveau de la société. »
« La troisième partie est celle qui nous a le plus questionné, notamment sur le business de la musique et du cinéma et sa noirceur, ainsi que sur l’éducation sexuelle à l’école. Merci pour les questionnements et l’ouverture d’esprit auxquels le documentaire invite. »
« On a aimé le mélange d’extraits de vidéos et de texte : la vidéo est ainsi agréable à regarder, « buvable », malgré la lourdeur du sujet. […] il y a du choc, du dégoût, mais sans tomber dans la forte anxiété des docus que l’on peut visionner sur M6, W9. »

Aucune énergie n’est trop envahissante ou ténébreuse pour le feu de l’esprit. Je nous souhaite de devenir ces puissants catalyseurs d’amour et de lumière qui, au lieu de se laisser hypnotiser par les basses vibrations de peur ou de haine, nous déployons comme des êtres conscients et responsables, au service de la Lumière.

Pour terminer, j’aimerai saluer le travail et le courage de tous ces lanceurs d’alerte qui osent s’exprimer et informer, là où beaucoup d’entre nous préférons détourner le regard, dans la peur ou le confort de l’ignorance.

Regarder l’épisode :

L’épisode est divisé en trois vidéos d’une vingtaine de minutes chacune :

  • Partie 1/3 Les réseaux pédo-criminels
    • Qu’est-ce qui pousse les institutions à protéger la pédo-criminalité en France et en Europe ?
    • Comment se fait-il que des mères se font poursuivre en justice lorsqu’elles tentent de protéger leur enfant ?
  • Partie 2/3 Pédophilie, satanisme & législation
    • Quel est le lien entre pédophilie, sexualité et cultes satanistes ?
    • Qu’est-ce que les standards pour une éducation sexuelle en Europe ?
    • Pourquoi s’appuient-ils sur des études défendant les relations pédophiles ? L’enfant est-il un être sexualisé qu’il faut éduquer à l’école dès le plus jeune âge ?
  • Partie 3/3 Égocentrisme & culte de l’amour-propre
    • Pourquoi le père de la « révolution sexuelle » et de la « libération sexuelle » des années 50 s’intéressait-il à la sexualité et aux orgasmes chez les nourrissons et les jeunes enfants ?
    • Qui sont ces enfants travestis « Drag Queen » qui défilent dans les mouvements LGBT+ ?
    • Comment la perversité et le vice sont-ils devenus un prétexte à la liberté individuelle et à l’égalité des droits ?

(à regarder dans l’ordre)

Partager sur