L’histoire vraie qui suit est racontée par Jack Kornfield, dans son livre « Après l’extase la lessive. »

Scales of Justice2« Un jour, dans le train allant de Washington à Philadelphie, je me retrouvai assis à côté d’un Noir américain qui avait travaillé pour le Département d’Etat en Inde. Il avait quitté ce poste pour s’occuper d’un programme de réhabilitation pour jeunes délinquants dans le district de Columbia. La plupart des jeunes avec lesquels il travaillait faisaient partie de gangs et avaient commis des meurtres.

Un garçon de quatorze ans, qu’il suivait ainsi, avait utilisé une arme à feu et tué un adolescent innocent, simplement pour faire ses preuves vis-à-vis de sa bande.

Au procès, la mère de la victime demeura assise, impassible et silencieuse jusqu’au verdict. Quand le jeune fut reconnu coupable du meurtre, elle se leva lentement et, fixant le garçon, elle déclara : «  Je vais te tuer. » Le jeune assassin fut ensuite emmené dans une institution pour mineurs où il devait passer plusieurs années.

Au bout de six mois, la mère de la victime rendit visite au meurtrier.
Celui-ci, ayant vécu dans la rue avant ce crime, n’avait eu aucun autre visiteur.
Ils parlèrent pendant un certain temps et, lorsqu’elle partit, elle lui donna un peu d’argent pour ses cigarettes.
Puis, petit à petit, elle commença à venir le voir plus régulièrement, en lui apportant de la nourriture et de petits cadeaux.

Vers la fin des trois années d’emprisonnement, elle lui demanda ce qu’il comptait faire lorsqu’il sortirait.
C’était très confus et vague et elle lui proposa donc de l’aider en lui trouvant un travail dans la société d’un ami.
Puis, elle lui demanda où il pensait vivre et, comme il n’avait pas de famille, elle lui offrit d’utiliser la chambre vide de sa maison.

prendre-par-la-mainIl y vécut pendant huit mois, mangeant ce qu’elle lui cuisinait et travaillant dans cette entreprise. Un soir, elle l’appela dans le salon pour parler.
Elle s’assit en face de lui et marqua une pause.

– Tu te souviens, commença-t-elle, au tribunal, quand j’ai dit que j’allais te tuer ?
– Bien sûr, répondit-il, je n’oublierai jamais cet instant.
– Eh bien, dit-elle, c’est ce que j’ai fait ! Je ne voulais pas que le garçon qui avait tué sans raison mon fils reste vivant sur cette terre. Je voulais qu’il meure. C’est pour cela que j’ai commencé à te rendre visite et à t’apporter des affaires. C’est pour cela que je t’ai trouvé un travail et que je t’ai laissé vivre ici dans ma maison. C’est comme cela que j’ai commencé à te changer. Ce garçon a maintenant disparu. Aujourd’hui, puisque mon fils est parti, puisque son assassin est parti aussi, je veux te proposer de rester ici. Tu as une chambre et je souhaiterais t’adopter si tu le veux bien.

Elle devint ainsi la mère du meurtrier de son fils, la mère qu’il n’avait jamais eue. »

Nous savons tous que la vengeance, la haine et la rancœur nous éloignent de la paix intérieure et nous séparent des autres. A l’image de cette femme, jusqu’où sommes-nous prêt à transformer nos plus lourdes épreuves en expérience d’amour et de compassion ? Cette femme aurait-elle vécu plus heureuse et en paix si elle n’avait pas agit ainsi ? J’en doute. Et ce garçon, aurait-il connu plus de joie et d’amour si le scénario avait été différent ? J’en doute également. Notre compassion n’a pas de limites et nous avons tous à y gagner, à condition d’en faire l’expérience, et de lever le voile sur nos peurs 🙂

Partager sur