Par où commencer ? J’aurai envie de recopier la totalité de l’ouvrage pour vous le présenter !
« La part d’ombre du chercheur de lumière » est un des livres qui m’a le plus inspiré. Il m’avait été suggéré par mon thérapeute à un moment de ma vie où je prenais pleinement conscience de mes peurs et sombrais dans une vision négative de moi-même.

part-ombre-chercheur-lumiere-debbie-fordChacun des mots de l’auteur, Debbie Ford, jaillissaient en moi avec une telle justesse… Elle nous parle de la façon dont nous pouvons intégrer pleinement les différentes parties de nous-mêmes, en particulier nos parts d’ombres.

« Nous nous engageons, pour la plupart, sur le chemin du développement personnel parce que, d’une certaine façon, le fardeau de notre douleur devient trop lourd à porter. La part d’ombre du chercheur de lumière propose de lever le voile sur cet aspect de nous-mêmes qui détruit nos relations, annihile notre esprit et nous tient à l’écart de la réalisation de nos rêves. C’est ce que le psychanalyste Carl Jung appelait ‘l’ombre’. »

« L’ombre peut revêtir de très nombreux visages : la colère, l’avidité, l’agressivité, l’égoïsme, la peur, la paresse, le sentiment d’indignité, la mesquinerie, la laideur, la lâcheté, l’esprit critique, la manipulation, la malveillance, le négativisme, le contrôle excessif… La liste peut s’allonger indéfiniment. Notre côté sombre tient lieu d’entrepôt pour tous ces aspects inacceptables de notre personnalité – tout ce que nous feignons de ne pas être et tout ce dont nous avons honte. Ce sont les visages que nous ne voulons pas montrer aux autres, et ceux que nous ne voulons pas nous montrer à nous-mêmes.
Tout ce à quoi nous résistons, tout ce que nous détestons ou désavouons en nous, acquiert une vie autonome, et vient saper le sentiment de notre valeur. Quand nous sommes confrontés à notre côté sombre, le premier réflexe est de s’en détourner, le second, de négocier pour qu’il nous laisse tranquilles. […] Ironiquement, ce sont ces aspects cachés – que nous avons rejetés – qui ont le plus besoin de notre attention. Lorsque nous cadenassons ces parties de nous-mêmes que nous n’aimons pas, sans le savoir, nous enfermons dans un caisson hermétique nos trésors les plus précieux. C’est pourquoi ces trésors se retrouvent cachés à l’endroit où l’on s’y attend le moins. Ils gisent au fond de l’obscurité. »

Difficile au début de croire que nos parts d’ombre renferment un merveilleux trésor ! Alors Debbie Ford nous invite progressivement à cette belle découverte. Grâce à des exercices pratiques et inspirés, nous apprenons tout d’abord comment reconnaître nos ombres, comment les accueillir sans jugement (« Nous avons besoin de notre carapace pour de nombreuses raisons […] Votre carapace externe, c’est votre personnalité pour affronter le monde »), puis comment les réintégrer afin de découvrir les trésors qu’elles cachaient. Comme pour cette femme, Audrey, qui avait honte de ressentir de la haine envers sa fille au point de la détester…

« Je demandai à Audrey ce qui arriverait si elle accueillait ses sentiments de haine au lieu de les refouler, et attendait de découvrir les cadeaux qu’ils recélaient. Elle se sentait encore honteuse, gardant la tête penchée. Je lui racontait alors l’histoire suivante.

Un jour, des jumeaux partirent en excursion avec leur grand-père. Après avoir traversé les bois, ils tombèrent sur une vieille grange. Quand ils entrèrent pour l’explorer, l’un des garçons se mit soudain à rouspéter : ‘Grand’pa, sortons d’ici. Ça pue le fumier !’ Le garçon se tenait près de la porte, furieux d’avoir du fumier sur ses nouvelles chaussures. Avant qu’il pût répondre, le vieil homme vit son autre petit-fils courir joyeusement dans toutes les stalles de la grange. ‘Qu’est ce que tu cherches ? demanda-t-il à ce dernier, pourquoi es-tu si content ?’ Le garçon leva les yeux et répondit : ‘Avec tout le fumier qu’il y a ici, il doit bien y avoir un poney quelque part.' »

Peu de temps après sa prise de conscience, Audrey pu échanger avec sa fille et lui parler de ses sentiments de haine et comment elle avait pu les accepter. Sa fille pu rendre compte également de toute la haine qu’elle-même avait éprouvée pour sa mère. Elles purent se revoir en paix, libérées d’un fardeau de plusieurs années de souffrance.

mal-etre2Intégrer notre ombre, c’est reconnaître que nous sommes tout ce que nous condamnons chez les autres, même si cela peut sembler difficile à croire.
« Il n’y a rien que nous puissions voir ou percevoir qui ne soit pas nous. Si nous ne possédions pas un certain trait de caractère en nous, nous ne pourrions pas le reconnaître chez les autres. Si vous vous sentez inspiré par le courage démontré par quelqu’un, c’est que vous avez perçu un reflet du courage qui est en vous. Si vous trouvez une certaine personne égoïste, vous êtes probablement capable de démontrer la même dose d’égoïsme en vous. »

De façon générale, on nous a inculqué la croyance que les êtres humains ont des qualités et des défauts, et qu’afin d’être acceptés, il nous faut nous débarrasser de nos défauts ou, tout du moins, les cacher. Je terminerai par un passage du livre qui propose une belle métaphore de notre réalité intérieure et du message porté par le livre « La part d’ombre du chercheur de lumière » :

« Imaginez que vous soyez un magnifique château avec de longs corridors et des milliers de pièces diverses. Chaque pièce du château est parfaite et recèle un cadeau spécial. Chacune d’elles représente un aspect différent de vous-même et fait partie intégrante de l’ensemble parfait que constitue le château. Enfant, vous exploriez chaque recoin de votre domaine sans éprouver aucune honte, ni poser aucun jugement. Sans aucune peur, vous entrepreniez la fouille de chaque pièce, que ce fût une simple remise, une chambre, une salle de bains ou même une cave. Chaque pièce était unique en soi, et votre château était plein de lumière, d’amour et de merveilles. Puis, un jour, des personnes sont venues à votre château vous dire qu’une de vos pièces n’était pas parfaite et que, sûrement, elle ne faisait pas partie de l’ensemble. On vous a suggéré que, si vous vouliez avoir un château parfait,,il vous fallait condamner cette pièce. Comme, avant toute chose, vous vouliez être aimé et accepté, vous avez prestement verrouillé l’accès à cette pièce. Puis, de plus en plus de gens se sont rendus au château. Vous avez eu droit aux opinions de chacun sur les pièces qu’il préférait et celles qu’il n’appréciait pas. […]

porteDepuis ce temps, pour toutes sortes de raisons, vous avez continué à fermer de plus en plus de portes. […]
Les jours étaient révolus, où votre château semblait infini, et votre avenir, stimulant et lumineux. Vous ne portiez plus à vos pièces le même amour et la même admiration. Certaines qui, jadis, faisaient votre fierté, vous vouliez maintenant qu’elles disparaissent. Vous essayiez de trouver des moyens de vous en débarrasser, mais elles faisaient partie de la structure du château. vous avez perdu jusqu’au souvenir de l’existence de ces pièces. […] Le fait de condamner ces pièces commençait à vous procurer un sentiment de sécurité. Bientôt vous vous êtes trouvé à n’occuper que quelques petites pièces. […] Nous sommes beaucoup à avoir ainsi verrouillé tellement de pièces que nous avons perdu le souvenir d’avoir jamais été un château.[…]

Maintenant, imaginez que votre château soit le lieu où se loge tout ce que vous êtes – le bien comme le mal -, et que chaque élément qui existe sur cette planète existe aussi en vous. […] On dénombre une quantité infinie de pièces : l’amour, la créativité, la féminité, la loyauté, l’intégrité, la santé, l’arrogance, le charme, l’énergie, la maladie, la timidité, la haine, l’envie, la froideur, la paresse, le mal. Chacune de ces chambres forme une partie constitutive de la structure, et chacune a son opposée quelque part dans le château. Heureusement, jamais nous ne pouvons nous satisfaire d’être moins que ce que nous sommes potentiellement. C’est ce sentiment d’insatisfaction qui nous pousse à partir à la recherche de toutes les pièces perdues de notre château. C’est seulement en rouvrant toutes les portes que nous pourrons trouver la clé qui donne accès à notre unicité. »

Etes-vous prêt à rouvrir les portes de votre château et rayonner pleinement de tout votre Etre ?

chateau

Partager sur