Elaboration proposée par l’auteur R.Reminger,
en correspondance avec la Parole Vivante

[ Les références ci-dessous sont extraites des écrits d’Abdruschin: « Dans la lumière de la Vérité » conf. 62 -Ed.1931]

L’adolescence …

L’adolescent accède naturellement à la puberté. Précisément à ce moment-là :

« L’éveil de la force sexuelle dans le corps de matière dense est, comme le processus de l’abaissement du pont-levis d’un château-fort jusqu’alors fermé sur lui-même »[]« sans cette force sexuelle il serait impossible, faute de transition de parvenir à l’animation et à la maîtrise de toute matière. »

« Au cours de toutes les années d’enfance, par l’enveloppement du corps de matière dense, l’âme d’un être humain est séparée des courants qui cherchent à l’atteindre de l’extérieur » (par.37-42 et 31)

Sans qu’il en soit conscient, l’adolescent peu à peu, établit et développe la connexion avec l’irradiation de son esprit naissant. C’est la période d’une grande mutation vers une indépendance, qui impose aux adultes de sa proximité de prendre très au sérieux le bouleversement lié à la présence de son esprit qui s’éveille.

« …la force sexuelle qui ne réside que dans la matière dense est la fleur la plus fine et la plus noble de toute la matière dense. » (par.36).

L’adolescent a besoin de prendre son envol, de s’affirmer par des initiatives qui déterminent son chemin de vie. Il peut alors éprouver la nostalgie d’une existence plus élevée que celle de son quotidien, en fonction de sa maturation déjà acquise. Sans l’existence de la force sexuelle l’esprit serait emmuré dans le corps physique. 

C’est avec une mélancolie inexprimable, que l’adolescent non dévoyé pendant ses années de jeunesse voudrait tout réformer pour aller vers le nouveau. Il faudrait pour cela qu’il ait la lucidité de ne pas se laisser influencer par les imperfections de son entourage, parents ou autres, qui, par incompréhension imposent leurs invraisemblables croyances, et leur chemin de vie. Il est conseillé et voulu par la Lumière que chacun parcoure son chemin vers l’éveil de l’esprit qui naturellement aspire à son propre développement.

La pudeur…

« L’intuition de pudeur doit jouer le rôle de frein en tant qu’élément transitoire entre la force sexuelle et l’instinct sexuel, afin que l’être humain, conscient de son rang ne s’abandonne pas de façon animale à l’acte sexuel. » ( par.70)

« Heureux celui qui pourra faire revivre le sentiment de pudeur. Quand tout le reste tombera en ruine, ce sera pour lui un bouclier et un soutien. » ( par.81)

« Ici, dans la Création, vous pouvez jouir de tout, goûter à tout, mais cela ne doit pas causer de préjudice à votre prochain. Or, cela ne se produit que lorsque vous devenez les esclaves de vos désirs. »

Abdruschin R.1 (conf. 26 – par.40) 

L’esprit humain et son but…

La Loi auto-active du mouvement naturel impose à l’homme qui vit sur Terre, l’obligation d’un cheminement volontaire, facteur extraordinaire de développement et d’éveil de lui-même.

Au-delà du corps périssable, l’animal porte en lui-même une âme . Lêtre humain porte en lui-même un esprit, qui naturellement aspire à son développement dans la Création seconde de matérialité; il provient de la limite du dernier plan en descendant de la Création Originelle. Il bénéficie de la grande simplicité des Lois auto-actives naturelles déposées depuis bien longtemps dans la Création Originelle, en vue de l’autorisation de son retour dans « le Paradis de ceux qui, venus de la grande Tribulation se sont eux-mêmes lavés leur robe », c’est-à-dire, se sont affranchis de leurs zones d’ombre, sont devenus auto-conscients, pleins de gratitude pour l’Amour du Créateur qui leur a permis de regagner leur Patrie d’origine.

Si nous prenons sur Terre l’exemple du développement de l’arbre fruitier, ce qu’il porte à l’état latent va se développer en produisant ses fruits. Chacun connaît le sens de l’affirmation donnée par le Fils de Dieu Jésus : « Vous reconnaîtrez un arbre à ses fruits ». Par analogie, l’homme terrestre porte en lui-même des facultés à l’état latent ; lorsqu’il s’éveille, elles vont se révéler et se développer, grâce aux expériences vécues. La Terre, qui, pour la circonstance, devient pour chacun le lieu de cohabitation unificateur, va favoriser l’éveil et le développement spirituel par la prise de conscience personnelle.

Découvrir sa véritable nature devient l’objectif voulu par la Lumière. Par méconnaissance et défaut de conscience, il est souvent influencé par les imperfections humaines qui se révèlent dans l’incapacité de comprendre ou de rendre vivant l’expérience vécue : si nous n’assumons pas un aspect de nous-même, celui-ci va prendre le contrôle et saisir les rênes de notre vie .

Quel sens alors peut avoir notre vie présente si, par ignorance nous ne sommes pas en mesure de reconnaître l’incohérence de nos propres comportements ? En bonne santé ou malade, notre vie actuelle ne représente qu’un bref épisode, parmi les différentes incarnations que nous avons déjà expérimentées. Notre développement sur Terre, planète périssable, est un moyen d’éveil et d’évolution de notre essence intérieure qui est de nature spirituelle. Par l’expérience vécue en temps réel, nous pouvons nous élever et nous développer sur les différents plans existants en fonction de notre maturation, conscients d’avoir aujourd’hui à nous affranchir de nos imperfections, sans nous abandonner à notre animalité instinctive.

Instinct sexuel, force sexuelle…

La conscience qui s’éveille s’active quand la cohérence s’établit entre l’élément spirituel, révélateur de nos aspirations profondes et l’embrasement engendré par la force sexuelle. Si l’être humain ne saisit pas d’une façon vivante que la force sexuelle et l’instinct sexuel sont 2 choses différentes, il se perdra en confusion. L’instinct sexuel est purement animal, et n’est présent que dans la matière de forte densité où nous vivons pour notre développement personnel.

L’image symbolique donnée il y a 2000 ans par le Fils de Dieu Jésus : « Vous reconnaîtrez un arbre à ses fruits » peut se transposer ainsi : les intentions qui favorisent l’instinct sexuel pour la reproduction ne sont qu’animales, elles ne peuvent justifier la pathologie morbide d’une addiction qui peut mener une grande partie de l’humanité à toutes les dérives. Elles rabaissent l’humain au-dessous de l’animal.

Les animaux, dans le naturel de ce qu’ils expriment, face à la nécessité de procréer sont exemplaires en regard de l’attitude, de la concupiscence des hommes. L’être humain d’évolution, destiné à devenir un fleuron de la Création Spirituelle, est aujourd’hui autour de nous défaillant, comme l’était à son époque Babylone, la reine des impudiques.

Dans le virage des mondes apocalyptique pleinement vécu aujourd’hui, sans avoir forcément acquis le sens de sa propre vie, une grande partie de l’humanité, victime d’hypertrophie intellectuelle au détriment de l’éveil spirituel devra répondre de son ignorance affichée. Il est important de noter qu’au moment du décès, l’intellect au service de l’instinct, se décompose avec le corps physique, alors que l’esprit qui s’en détache poursuit son évolution sur le plan qui lui correspond.

Ce qui s’accomplit aujourd’hui, est indispensable, inéluctable, c’est un destin défini par les choix personnels conscients ou inconscients de chacun.

La force sexuelle déposée en chaque être humain sur terre a pour objectif, de révéler la suprématie de l’élément spirituel destiné à s’éveiller, qui, par la conscience nécessaire acquise progressivement, permettra son retour dans sa Patrie d’origine.

Si la femme terrestre veut rester en cohérence avec son genre, elle ne peut agir qu’en se dissociant d’une façon radicale lorsqu’elle se soumet sans mesure aux conséquences du principe luciférien séducteur, dont il est indispensable de se détacher : Lucifer laisse croire que l’amour de la maternité est ce qu’il y a de plus élevé dans l’accomplissement du genre féminin; c’est faux. Au-dessus de la maternité, il y a l’obligation pour chaque femme de maintenir sa lucidité et son éveil, pour ne pas s’égarer de son propre chemin d’accomplissement spirituel.

Les intentions qui favorisent l’option de fonder une famille peuvent justifier le maintien d’une pratique relationnelle : la femme plus éveillée que l’homme, grâce à son intuition plus fine, est en mesure de guider avec lucidité son compagnon vers plus d’égards, pour un échange, source d’augmentation de force réciproque. La procréation, de fait, impose une attitude simple et naturelle.

Aujourd’hui, la dépendance au plaisir et à la jouissance devient une addiction, antinaturelle. C’est une infraction contre les Lois naturelles parce qu’elle ne relève que de l’instinct animal. La recherche de la performance et du plaisir répond au fantasme du mythe de la virilité de l’homme. Il devra s’en libérer pour identifier son chemin d’accomplissement.

L’abstinence sexuelle… La chasteté…

Prenons en référence ce que nous dit Abdruschin de ce qui est juste :

« L’abstinence forcée est une anomalie qui peut se venger amèrement …L’oppression est antinaturelle. Mais tout ce qui est antinaturel est une infraction contre les Lois naturelles. » (par.1)

« L’abstinence sexuelle n’a rien à voir non plus avec la chasteté… La chasteté est une qualité purement spirituelle, elle n’est pas physique. » (par.9 et10)

« …car force sexuelle et instinct sexuel ne sont pas une seule et même chose. » (par.55)

La chasteté intègre la pureté des pensées en tant que valeur spirituelle.

Quand l’être humain se tient au-dessus de ses instincts il est dans un rapport juste pour un échange cohérent :  par analogie, l’« esprit »,(le cavalier), tient les rênes du « cheval », (le corps physique de matière dense). L’esprit peut reconnaître en conscience la nécessité d’un lien partagé. Toute attitude passionnelle d’excitation affiche le côté instinctif qui n’a rien de spirituel, et reste animal. Par la noblesse de l’intention, seule la chasteté, état intérieur de pureté des pensées, permet de ne pas nuire au partenaire qui souhaite partager ce moment, source d’augmentation de force réciproque.

La complicité voulue par l’esprit connecté à la force sexuelle embrase la matière dense du corps physique et permet d’établir chez l’être humain qui vit sur terre, une connexion avec l’ élémentalité, qui tisse fidèlement nos conditions de vie.

L‘élémentalité est à redécouvrir pour chacun de nous dans l’expérience vécue.

«  De plus, l’union physique n’a pas seulement pour but la procréation, mais doit être l’occasion précieuse et nécessaire d’une fusion intime, d’un échange de courants réciproques en vue d’un plus haut déploiement de force. » (Ed. 1931 Conf.16 par. 11)

R . Reminger

Partager sur